Comment Mélanie est devenue Copywriter et Digital Nomad ?

Date de publication :

Aujourd’hui, c’est Mélanie, copywriter depuis 2021 que nous avons interviewé pour Les Pionnières.

Elle nous raconte comment elle s’est reconvertie pour ce métier passionnant ainsi que sa vie de digital nomad.

Salut ! Peux-tu te présenter à nos lecteurs et lectrices ?

Je m’appelle Mélanie, j’ai 33 ans, originaire du Mans. En 2017, je quittais la voie classique pour voyager seule à travers le monde.

Je suis à mon compte comme freelance copywriter depuis avril 2021, c’est aussi à ce moment où je suis devenue digital nomade.

Depuis, je rédige des emails marketing et des pages de vente, partout dans le monde.

J’accompagne également des solopreneuses à trouver des clients en travaillant sur leur marketing, leur communication et leur copywriting.

Pourquoi t’es-tu lancée sur ce projet ?

Je me suis lancée dans l’entrepreneuriat et dans la rédaction un peu par hasard. Lors du premier confinement, de retour en France à cause de la situation sanitaire, je tombe sur une vidéo de Stan Leloup de Marketing Mania, expliquant comment créer un business en ligne.

Ni une ni deux, je crée un blog voyage afin d’accompagner des femmes à s’émanciper, à se découvrir à travers le voyage solo.

C’est à ce moment précis que je fais mes premiers pas dans l’univers intrépide du marketing. Les sujets me passionnent, du SEO, à la communication, à la création d’une communauté, mais surtout à la rédaction.

Je me spécialise dans le copywriting car je me suis rendue compte que je cherchais toujours à comprendre les gens en profondeur. Quels étaient leurs problèmes, leurs motivations, mais surtout comprendre pourquoi est-ce que nous passons à l’action, qu’est ce qui nous motive, comment nous prenons nos décisions.

Le copywriting allie l’écriture, la psychologie humaine, l’écoute, l’empathie, j’avais trouvé mon nouveau métier que j’exerce avec passion depuis.

Puis, j’ai toujours eu envie d’entreprendre, cela faisait des années que j’entendais parler des digital nomades, mais s’en vraiment mettre de mots sur ce que c’était vraiment. En devenant freelance copywriter et entrepreneuse en ligne, c’était l’équation idéale pour réaliser mon rêve de devenir digital nomade et donc de voyager et de travailler en même temps.

Quelles ont été les premières étapes pour lancer ces projets ?

Mon blog voyage m’a rapidement mis sur les rails. J’ai passé des heures sur internet à dévorer du contenu, des articles, des vidéos Youtube. Mais aussi à lire de nombreux livres sur l’entrepreneuriat.

J’ai appris le référencement naturel (ou SEO) de cette manière, par exemple.
Puis, j’ai très vite compris que si je voulais réussir et mener à bien ce nouveau projet, il fallait que je me forme pour “de vrai” avec des entrepreneurs qui étaient déjà là où je rêvais d’être.

Lorsque je lance mon activité en avril 2021, cela fait déjà un trimestre que je suis sur Instagram et que je construis petit à petit mon réseau.

J’arrive rapidement à vivre de mon activité de manière correcte, ce qui me permet de tester le digital nomadisme dès mai, en partant un mois aux Açores.

Puis, je partirai marcher deux mois sur le chemin de Compostelle. Peu commun, quand on vient de lancer son entreprise. Mais j’ai avant tout créer une entreprise qui me permet d’être un maximum libre, indépendante. Mon entreprise, est ainsi au service de ma vie et pas l’inverse.

Je voulais m’émanciper à travers l’entrepreneuriat, et ne surtout pas retourner dans une cage dorée

J’ai alors construit des méthodes, des principes, des process, un business modèle qui me permet de travailler que quelques heures par jour, et profiter le reste du temps. Prendre du temps pour moi, pour lire, me former ou visiter l’endroit actuel où je me trouve.

Où en es-tu aujourd’hui ? As-tu des premiers résultats ? 

Après 16 mois d’activité comme freelance copywriter, je vis de mon activité. Certains mois sont plus difficiles que d’autres en termes de chiffre d’affaires.
Mais je peux me permettre après un an d’activité de prendre deux mois de congés l’été.

Il faut bien comprendre que la sobriété et le minimalisme font aussi partie de mon mode de vie, que je sois en voyage ou en France, je n’ai pas besoin de beaucoup pour être heureuse.

Pas besoin de claquer mon fric à Dubaï, mais plutôt vivre des expériences incroyables comme sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

Je suis pour travailler moins mais mieux. L’argent m’apporte la sérénité, la sécurité de vivre mes projets de cœur.

A ce jour, j’ai accompagné 9 entrepreneurs dans la rédaction de leurs pages de vente et de séquence emailing. Mais, c’est aussi du mentorat, pour assurer les premiers clients à de nouveaux entrepreneurs, mais aussi de la formation en ligne pour devenir autonome dans son activité.

Quels ont été les grands obstacles pour ce projet ? 

En premier lieu, je dirai que le premier obstacle fut le syndrome de l’imposteur. Qui revient me faire un coucou de temps à autre, histoire que je ne l’oublie pas. Il revient dès que je tente quelque chose de nouveau, dès que je sors de ma zone de confort. Et on peut dire que j’aime bien ça, tester de nouvelles choses.

Trouver ma première cliente m’a demandé beaucoup de temps, d’investissement, mais m’a aussi donné de nombreux moments de doutes dans ma nouvelle activité en totale reconversion.

Mais aussi trouver ma routine, mon organisation entre voyage, travail, détente, vacances. Ce ne fut pas tous les jours évident, mais aujourd’hui, j’ai trouvé une certaine stabilité.

Est-ce que être une femme t’a aidé ou pénalisé ? 

S’il m’a pénalisé ce n’est que par le syndrome de l’imposteur, qu’on retrouve plus souvent chez les femmes.

J’ai de la chance, dans 95% des cas, quand me vient une idée, je la teste de suite, je la mets tout de suite dans la matière sans trop me poser de question. J’ai un côté assez masculin, dans le faire, qui est assez présent.

Je me sens chanceuse car, je vois, beaucoup, chez mes clientes, que le passage à l’action est un frein à la réussite de leur entreprise.

Mon genre ne m’a pas aidé ou pénalisé.

Si tu avais la chance de faire une chose différemment, qu’elle serait-elle ?

Le meilleur moment pour planter un arbre, c’est il y a 20 ans. J’aime beaucoup cette citation. Si je devais refaire différemment, je commencerai à rédiger du contenu bien plus tôt. La création de contenu m’a ouvert toutes les portes : celle du marketing, celle du réseau, de nouvelles rencontres enrichissantes, mais aussi l’apport de nombreux clients.

C’est quoi pour toi être pionnière ? 

C’est être courageuse, aventurière, innovante.

C’est oser, c’est s’émanciper, c’est lâcher prise.

C’est inspirer d’autres à franchir le cap, c’est motiver, c’est s’améliorer jour après jour par nos passages à l’action et nos prises de décisions.

Qui est la pionnière qui t’a le plus inspirée ? 

Je trouve que c’est encore difficile, même en 2022 d’avoir des modèles féminins, des pionnières. Elles ont souvent été reléguées au placard, comme Marie Curie, Georges Sand, ou encore le personnage joué par Noémie Merlant dans “Portrait de la jeune fille en feu”.

Ce ne sont malheureusement pas des parcours de femmes qui m’ont le plus inspiré. J’espère qu’avec toute la sororité, l’entraide et la bienveillance, que cela puisse rapidement changer pour nos générations futures.

Si tu étais une héroïne de film ou de roman, qui serais-tu ? 

Rose dans Titanic, pour son désir d’émancipation face à sa classe sociale. A son envie de jouer selon ses propres règles. Face à un amour qui nous pousse à devenir la meilleure version de nous même.

Quels sont les 3 principaux moments qui t’ont marqué ou 3 moments qui ont contribué à devenir la personne que tu es aujourd’hui.

1/ Mon premier voyage solo de 8 mois en amérique du Sud, j’ai eu l’impression de découvrir qui j’étais vraiment

2/ Un lancement à plus de 5 chiffres d’une de mes clients

3/ Une rencontre qui restera gravée à jamais sur le chemin de Compostelle

Que ferais-tu si tu n’avais pas peur ?

Je construirai un écovillage avec des personnes qui rêvent de s’émanciper du système actuel. 

Tes prochains projets ?

Rédiger un livre pour accompagner encore plus de femmes à oser voyager seule,
Continuer de parcourir le monde, découvrir, échanger, partager, apprendre
Accompagner de nombreuses autres entrepreneuses ambitieuses à vivre de leurs business en ligne.

Où peut-on aller pour en apprendre plus sur toi ? (réseaux sociaux, site web, etc…)

Le blog voyage https://osevoyagerseule.com
Le blog du copywriting : https://commaile.com

Laisser un commentaire