Comment devenir naturopathe ?

La naturopathie est une science qui utilise des méthodes naturelles pour assurer le bien-être des personnes. Elle est assimilée à la médecine traditionnelle au regard de son mode de fonctionnement. C’est donc sans surprise qu’elle soit classée troisième dans cette catégorie par l’Organisation mondiale de la santé.

Depuis une dizaine d’années, ce métier a le vent en poupe avec un nombre de pratiquants sans cesse croissant. Plusieurs questions perdurent cependant autour de ce métier qui jusqu’à ce jour n’a pas une reconnaissance officielle de l’État français. Découvrez ici les réponses à quelques-unes de ces questions.

En quoi consiste le métier de naturopathe ?

Le métier de naturopathe s’inscrit dans une dynamique d’amélioration de l’hygiène de vie des personnes. Dans ce cadre, le champ d’intervention du naturopathe est extrêmement large.

Tout part d’abord de l’analyse complète et détaillée du mode de vie de chaque individu. Ici, il n’y a pas de formule généraliste ou commune à tous les patients. Chaque personne est prise isolément et les solutions proposées sont taillées sur mesure en fonction de ses réalités.

Plus précisément, lors d’une consultation le naturopathe va se renseigner sur les habitudes de vie de ses patients. Elles concernent plusieurs éléments comme l’alimentation, la santé, la pratique d’une activité sportive ou la présence de troubles du sommeil. La vie professionnelle et familiale ainsi que l’existence d’autres soucis ou les traits de caractère de la personne sont également passés en revue. Ce faisant, le naturopathe ne se substitue pas au médecin en réalisant un diagnostic médical. Son but, c’est d’établir un bilan global de santé afin de proposer des solutions pour un mieux-être de la personne.

Ainsi, le naturopathe est habilité à suggérer des actions sur une multitude de plans. Son action peut prendre en compte la diététique, le sport, la désintoxication, la gestion du stress, l’art de bien respirer, etc. Il peut aussi être amené à apporter un soutien psychologique à des patients en détresse. Pour toutes ses fonctions, le naturopathe doit faire preuve de patience et d’écoute attentive. Il doit aussi avoir les qualités de pédagogue afin de toujours user des bons mots pour rassurer et guider ses patients. Une fois encore, le naturopathe n’est pas un professionnel de la santé. Son métier vient en complément c’est pourquoi il travaille parfois avec les médecins.

Pourquoi ce métier fait-il partie des métiers d’avenir ?

Le naturopathe fait partie des métiers du futur pour plusieurs raisons. D’abord, il s’agit d’une discipline qui promeut le retour aux valeurs naturelles. Dans une certaine mesure, c’est une dynamique écologique indispensable, de nos jours, à la préservation de l’environnement.

Ensuite, beaucoup de personnes sont aujourd’hui à la recherche de remèdes naturels pour se soigner. Les produits chimiques et industriels même s’ils demeurent efficaces ont leur lot d’inconvénients. De plus en plus de personnes manifestent donc une réticence et sont prêtes à essayer les solutions naturelles et bio proposées par la naturopathie.

Il faut dire aussi que certains médecins sont plus ouverts aujourd’hui à certaines pratiques naturelles pour la guérison de leurs patients. On peut parler du recours à la phytothérapie, l’acupuncture, l’homéopathie, etc. Par ailleurs, plusieurs médias tendent à mettre plus en avant les méthodes préconisées par la naturopathie. Il va de soi que l’information touche un public plus large qui s’y intéressera davantage. Il y a donc de belles perspectives pour ce métier qui dans quelques années fera certainement partie intégrante de la médecine. C’est une branche en plein essor qui a de très beaux jours devant elle.

Quelle est la rémunération d’un naturopathe ?

En matière de rémunération, le salaire perçu par un naturopathe dépend du lieu où il exerce. Lorsqu’il est salarié, le naturopathe peut travailler au sein d’enseignes bio ou dans des instituts de bien-être. Dans ces cas, le minimum reste le SMIC soit environ 1 500 euros. Toutefois, ce montant varie d’un lieu à un autre.

En revanche, si le naturopathe dispose de son propre cabinet et exerce en libéral, sa rémunération dépend du flux de sa clientèle. La plupart du temps les tarifs sont fixés à l’heure. La consultation basique coûte en moyenne entre 45 et 90 euros. Il s’agit là d’une moyenne basse, car certains naturopathes peuvent percevoir jusqu’à 200 euros en une heure de consultation. Tout dépend des prestations offertes, du standing, des spécialités et de la notoriété du pratiquant. Dans certains cabinets de naturopathe, on retrouve des rayons de vente de produits naturels. C’est une forme de partenariat dans lequel une commission est versée par les marques aux naturopathes.

Outre ces revenus, le naturopathe peut se faire des suppléments de salaire en organisant des formations ou des ateliers. Ce type de prestations est souvent demandé par les sociétés qui désirent inculquer la culture du bien-être à leurs salariés. Aussi, les laboratoires de fabrication des produits cosmétiques peuvent faire appel à des naturopathes pour la composition de leurs produits. Il en est de même pour les producteurs de compléments alimentaires.

En résumé, on évaluera la rémunération d’un naturopathe dans la fourchette de 1500 à 2800 euros par mois. Pour les plus expérimentés qui interviennent dans plusieurs structures en plus de leur cabinet, le salaire brut mensuel peut monter jusqu’à 3 000 voire 3 500 euros. C’est donc un métier bien rémunéré à condition d’y être bien formé.

Quelles formations pour devenir naturopathe ?

À ce jour, il n’existe pas de diplôme d’État délivré pour le métier de naturopathe. Toutefois, plusieurs écoles et instituts proposent des formations professionnelles après le bac en naturopathie. On peut citer le Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole (CFPPA) qui propose une formation continue de type bac +2. À la fin du cursus, les étudiants obtiennent le titre de conseilleur naturopathe. D’autres écoles sont aussi reconnues par la Fédération Française des Écoles de Naturopathie. Il s’agit par exemple de l’académie de Vitalopathie, l’Isupnat, l’institut Hildegardien, pour ne citer que ceux-là.

Ces différentes formations sont ouvertes aussi aux médecins qui désirent se spécialiser dans cette branche. Enfin, la naturopathie dispose aussi d’autres niveaux de spécialisation (phytothérapie, réflexologie, aromathérapie, etc.). Il est donc intéressant de s’y spécialiser afin de proposer un accompagnement plus abouti aux patients. La spécialisation est aussi un signe de distinction et un bel argument commercial dans un secteur de plus en plus prisé.

Vivre mieux de manière saine et durable, c’est le crédo des naturopathes. Toutefois, pour le devenir il est important d’avoir un certain niveau de formation et des qualités précises. Il s’agit d’un métier en plein essor qui promet de grandes opportunités aux praticiens dans les années à venir.

Leave a Comment!